Recherche

Un expert souligne l'importance du suivi-évaluation



Saly-Portudal (Mbour), 11 mai (APS) – Le suivi-évaluation est ‘’un enjeu énorme’’ pour l’ensemble des pays d’Afrique francophone qui n’ont pas encore d’experts pouvant évaluer les politiques publiques, a relevé le Directeur général du Centre africain d’études supérieures en gestion (CESAG), Boubacar Baïdari.

‘’Notre mission est d’arriver à former le maximum d’experts en suivi-évaluation dans les pays d’Afrique francophone. Et avec le concours du Bureau organisation et méthode (BOM), notre partenaire stratégique, nous espérons pouvoir y arriver’’, a déclaré le DG du CESAG.

Il s’exprimait, dimanche, à Saly-Portudal au terme d’un atelier de renforcement des capacités en évaluation des politiques publiques des conseillers en organisation, à l’initiative du CESAG, à travers le Centre de formation sur l’évaluation et les résultats (CLEAR, en anglais), en partenariat avec le BOM du Sénégal.

Enseignant-chercheur au CESAG, le professeur Boubacar Aw a rappelé que CLEAR, dont il est le coordonnateur, est une initiative globale dont l’objectif est d’aider ''les pays en développement à renforcer leurs capacités en matière de suivi-évaluation et en gestion axée sur les résultats de développement (GRD)''.

Elle vise aussi à ''renforcer les capacités des gouvernements, des professionnels, entre autres acteurs, sur le suivi-évaluation des politiques publiques, des projets et programmes''.

L’initiative est prise en charge par la Banque africaine de développement, la Banque mondiale, la Banque inter-américaine, la Banque asiatique de développement, le service public fédéral des affaires étrangères, du commerce extérieur et de la coopération au développement du Royaume de Belgique, entre autres.

''Le centre va développer du contenu technique et des ressources pour offrir des cours dédiés principalement aux besoins spécifiques des pays couverts comprenant la conception et la mise en œuvre de systèmes et politiques de suivi-évaluation, l’évaluation d’’impact, l’évaluation rapide, la gestion axée sur les résultats de développement, la budgétisation axée sur les résultats de développement ainsi que la gestion de l’information sur la performance’’, a expliqué le professeur Boubacar Aw.

Dans la perspective d’une meilleure prise en charge des besoins de développement, ''il s’avère de plus en plus nécessaire, dans les pays en développement, de se doter de ressources humaines utilisant des stratégies, méthodes et outils propres à assurer la bonne gouvernance, la pertinence dans le choix des politiques publiques et leur application, l’efficacité, l’efficience et la durabilité des résultats de développement'', a fait valoir M. Aw.

Pour le représentant du DG du BOM, Papa Birama Thiam, cet atelier a permis aux participants d’acquérir de nouvelles compétences surtout pour les conseillers en organisation du BOM.

‘’Il s’agit, pour nous, d’impulser la réflexion au niveau national pour l’ancrage de la culture de l’évaluation des politiques publiques’’, a indiqué M. Thiam.

ADE/OID

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 63 fois
Projets et Programmes


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 6
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance