Recherche

Riz de la Vallée : 34.000 tonnes produites en contre saison



La Saed a annoncé une production de riz estimée à 340.000 tonnes lors de la campagne de contre saison chaude 2011, avec des rendements de pointe de 13 tonnes à l’hectare enregistrés dans certaines zones de culture. La tomate a enregistré 91.500 tonnes et l’oignon 121.867 tonnes.

La traditionnelle cérémonie de présentation de vœux organisée hier a servi de prétexte à la direction de la Saed pour mettre en exergue les performances enregistrées aussi bien dans la production du riz, de l’oignon, de la tomate. Ces résultats ont été jugés très satisfaisants par le directeur général, Mamoudou Dème, qui a salué les efforts de l’Etat, mais aussi l’appui des différents partenaires, qui ont permis d’atteindre ces rendements. Pour le directeur général adjoint, la troisième édition de la Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance (Goana) a confirmé les bonnes tendances observées lors des dernières campagnes. Selon lui, la production de riz est estimée à 340.000 tonnes pour la seule campagne de contre saison chaude, avec des rendements de pointe de 13 tonnes à l’hectare   enregistrés dans certaines zones de culture.

« Ces augmentations régulières de la production de riz ont permis de limiter les achats à l’étranger. Car, en 2010, le Sénégal n’a importé que 650.789 tonnes de riz, le niveau le plus bas depuis 2001.

Cela a également favorisé la baisse de la valeur des importations de cette céréale  qui est passée de 286 milliards à 140 milliards Fcfa en 2010, grâce à la production locale, essentiellement, dans la Vallée du fleuve Sénégal », a-t-il indiqué. Pour ce qui est de la tomate, 91.500 tonnes ont été récoltées et 121.867 tonnes pour l’oignon contre seulement 85.352 tonnes en 2010. Ces résultats  ont été, selon lui, obtenus grâce au renforcement des actions d’appui et de conseil en direction d’un monde agricole de plus en plus professionnel. Ce grand bond permet, selon M. Diop, d’entretenir, dans le moyen terme, la couverture des besoins nationaux. A ces performances s’ajoutent aussi les bons comportements des autres cultures de diversification que sont la patate douce, le gombo et l’arachide.

 

Maîtrise de l’eau

 

Sur un autre registre, M. Diop a expliqué que les activités de 2011 ont été menées dans le cadre de la nouvelle dynamique instaurée depuis l’avènement de la Goana et la mise en œuvre du Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar) pour une relance durable des productions agricoles. A l’en croire, ces programmes ont permis d’améliorer et d’élargir de manière substantielle la base productive. « 8.300 ha de périmètres irrigués ont été réalisés et viabilisés, ce qui porte les superficies aménagées à 102.525 ha sur lesquels 71.872 ha ont été exploités dont  55.660 ha en riz grâce à une bonne maîtrise de l’eau dans les axes hydrauliques suite aux travaux réguliers de maintenance et la mise en service du canal de Krankaye », a-t-il fait savoir.  Pour continuer sur sa bonne lancée, la Saed, selon son Dga, s’est engagé dans des investissements publics. « Le montant des études engagées en 2011 se chiffre à 10,3 milliards pour la réalisation de périmètres irrigués, d’aménagements structurants et de pistes de désenclavement », a-t-il indiqué. Ces principaux chantiers sont en cours dans la vallée.

D’abord à Matam, « les travaux concernent la réhabilitation des casiers de Hamady Ounaré et d’Orkadiéré dans le cadre du programme de gestion intégré des ressources en eau (Pgire) de l’Omvs financé par la Banque mondiale pour un montant de 1,325 milliard de Fcfa. Il y a aussi la réalisation de l’ouvrage de tête du Dioulol toujours dans le cadre du Pgire », a noté M. Diop, non sans préciser qu’à Podor également, les travaux d’aménagement du casier de Ndiawar ont démarré en avril 2011 sur financement de la Bedea pour un montant de 1,521 milliard de Fcfa.

 

Projets d’envergure

 

« Ce projet comprend  des Aep, des magasins de stockage et divers équipements agricoles »,  a-t-il indiqué. «Des projets d’envergure sont prévus en 2012 avec notamment le projet Assam, qui vise à améliorer la sécurité alimentaire et de la mise en marché dans la région de Matam. Mor Diop a souligné le projet de réhabilitation et d’extension des périmètres irrigués à Waoundé, le projet de réhabilitation et de modernisation de 1.000 ha de périmètres irrigués à Matam », tout en confirmant le démarrage des travaux d’aménagement du projet Lampsar rive gauche et celui de la réfection des 7.400 ha de périmètres irrigués et de fournitures d’équipement de pompage, financé par la Banque mondiale avec un montant de 5,9 milliards de Fcfa dans le cadre du programme national d’autosuffisance en riz.  Pour le Dga de la Saed, ces projets prévus et à Matam et dans le Podor dans le cadre du Millenium challenge account (Mca), vont contribuer au rééquilibrage des aménagements entre le Delta et la Moyenne Vallée. Par ailleurs, Mor Diop a indiqué que, dans le cadre de la 10e Lettre de Mission en cours d’élaboration qui va lier la Saed à l’Etat durant les trois prochaines années, les objectifs d’atteindre l’autosuffisance alimentaire en riz sont fixés au terme de cette mission. « Le programme d’investissement, qui l’accompagne est estimé à 165 milliards financés par les principaux partenaires au développement que sont l’Afd, la Boad, la Bedea et la Coopération américaine », a-t-il souligné.

Samba Oumar FALL
Le Soleil

 


Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 744 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance