Recherche

Restructuration de la banlieue : Vers l’intégration des quartiers inondés dans le tissu urbain



Le ministre délégué chargé des Inondations, de la Restructuration et de la Requalification des banlieues, Fatou Tambédou, a rencontré, hier, les maires des communes du département de Pikine.
Pour partager la vision de l’Etat en restructuration et requalification des banlieues, Fatou Tambédou a rencontré, hier, les maires des communes du département de Pikine. C’était en présence du gouverneur de Dakar, Cheikh Tidiane Ndoye, des préfets de Pikine et de Guédiawaye. Au cours de cette rencontre, la chargée des Inondations, de la Restructuration et de la Requalification des banlieues a indiqué que les efforts devront, dorénavant, se concentrer sur la réhabilitation des quartiers. Une politique toute nouvelle voulue par le chef de l’Etat et qui vise, au-delà de la construction de logements sociaux, à favoriser l’intégration de ces quartiers dans le tissu urbain. Pour elle, cela suppose des opérations de restructuration et de requalification d’espaces libérés. « Nous ambitionnons de redorer l’image de la banlieue. Dans cette perspective de reconstruction, des actions ont été identifiées, dont certaines en cours de réalisation », a révélé Mme Tambédou, citant les ouvrages de drainage des eaux pluviales, le relogement des populations occupant les bas-fonds à la cité Tawfekh Yakaar...

37 hectares libérés
Le ministre délégué a révélé également que 37 ha ont été libérés par les populations victimes des inondations. A ce propos, Fatou Tambédou a fait comprendre que ces espaces vont revenir à l’Etat qui, de concert avec les maires et les populations, verra ce qu’il y aura lieu de réaliser sur ces sites. Déjà, certaines communes souffrent d’un manque criant d’infrastructures, comme c’est le cas à Médina Gounass. Elle a estimé que le ministère verra dans quelle mesure il sera possible d’édifier des infrastructures de base dans ces communes, précisant qu’il dispose d’un programme « trame verte, trame bleue ». Lequel prévoit non seulement la construction d’infrastructures d’utilité publique, mais aussi l’aménagement d’espaces verts dans les sites libérés. Quant à la libération des emprises encore occupées par des familles, Mme Tambédou a déclaré que son département s’attèlera à faire une déclaration d’utilité publique, afin qu’elles puissent être débarrassées de leurs occupants.

Abdou DIOP
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 72 fois
Urbanisme et habitat


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance