Recherche

RECHERCHE-DEVELOPPEMENT - Gestion des ressources en eau : Là où l’énergie nucléaire est bénéfique

La gestion rationnelle des ressources en eau est un problème auquel l’humanité sera de plus en plus confrontée. Et les techniques nucléaires pacifiques constituent une avancée importante dans ce domaine.



Invité à présenter une communication devant le jury de l’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts), le Professeur Cheikh Becaye Gaye du département de géologie de la Faculté des sciences et technique de l’Ucad, s’est intéressé, vendredi dernier, à «l’application des méthodes de l’hydrologie isotopique pour la gestion durable des ressources en eau». La méthode, basée sur l’utilisation de techniques isotopiques pour l’évaluation des ressources en eau, aussi bien les eaux de surface que les eaux souterraines, présente des avantages certains dans son application.
En effet, selon le Pr Gaye, le recours «au traçage par des isotopes» permet de suivre la progression et de calculer la quantité d’eau qui arrive dans les sols. Ces isotopes, hydrogène et oxygène par exemple «présentent des poids différents. Et cette faculté d’avoir des poids différents est utilisée pour voir leur cheminement et leur transport dans le cadre du cycle de l’eau», explique le Pr Gaye. Dans la région de Louga où des travaux ont été menés, il s’agissait d’étudier le processus de réalimentation de la nappe fortement sollicitée pour les activités de l’homme. Ainsi, la méthode isotopique a permis de mettre en évidence «le fait que malgré les faibles pluviométries, la nappes se rechargeaient, mais à un rythme faible». Le Pr Gaye explique que les eaux de pluie mettent dix à quinze ans pour atteindre la nappe dans cette région au climat sahélien.
Ainsi, la méthode isotopique qui a démontré sa performance dans le domaine de la recharge des aquifères, de la délimitation des aires de recharges et des relations entre eaux de surface et nappe souterraine, apporte également un éclairage considérable dans l’équilibre des bilans hydriques entre les quantités d’eau évaporées et infiltrées, qui est un élément important dans la détermination d’une politique rationnelle et durable d’utilisation des ressources en eau. Et à ce niveau, l’utilisation de cette méthode présente des avantages certains. «L’avantage réside principalement dans le gain de temps et c’est une technique relativement pas chère qui fait gagner beaucoup de temps», ajoute le Pr Gaye. Par les méthodes classiques, les bilans hydrologiques en milieu sahélien aride donnent en effet, des résultats pas toujours fiables.
Appliquée au Sénégal depuis une trentaine d’années, cette méthode moderne qui permet une utilisation pacifique des techniques nucléaires est déjà appliquée dans les études menées sur la nappe du Maastrichtien, qui alimente une grande partie du territoire sénégalais. Une méthode basée sur une application pacifique du nucléaire comme «activité futuriste de haute technicité, susceptible de transformer la vie de l’humanité». Et dans un contexte marqué par une surexploitation des ressources en eau souterraine, avec comme conséquence la réduction de la qualité de l’eau, une réduction des débits de base des cours d’eau et un impact sur les écosystèmes humides, c’est l’avenir même de l’humanité qui se joue à travers la recherche des formes de gestion les plus rationnelle des ressources en eau douce.

mamewoury@lequotidien.sn
Le Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1692 fois
Eau et Assainissement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance