Recherche

Pour une meilleure gestion de l'environnement : Les élus locaux de Pikine à l’école de la Cael



La volonté de savoir bien gérer et informer leurs populations sur la gestion des ressources de l’environnement, a conduit les élus locaux du département de Pikine, à s’outiller auprès de la Cellule d’appui des élus locaux (Cael). Avec un souci être en mesure de maîtriser tous les aspects de l’environnement.

Susciter une prise de conscience générale et des actions concrètes, pour préserver un environnement local sain dans leur commune respective, c’est le but de la Cellule d’appui aux élus locaux (Cael) qui a réuni les maires des arrondissements de la ville de Pikine afin de les inculquer les notions de base pour une meilleure gestion de leur hygiène de leur vie. Cette rencontre, qui se déroule sous forme d’atelier, va s’étendre sur trois jours. Ainsi, du 11 au 13 août prochain, les élus locaux, en plus de bénéficier d’une formation de renforcement de capacité, vont aussi échanger leurs expériences en matière de protection de la nature.

Pour la directrice de la Cael, Haby Sylla Sall, la politique de sensibilisation aux problèmes environnementaux mise en œuvre dans notre pays est encourageante et pleine d’espérance. Il reste seulement à traduire cette espérance comme un fluide national dont chaque citoyen doit se laisser imprégner, et pénétrer l’esprit, afin que reculent les actes d’incivisme parfois même caractérisés, sur toute l’étendue du territoire national. D’où la nécessité de faire comprendre aux élus locaux les méfaits des actes de dégradation de la nature, les actes de souillure en tout genre, de bourrage des caniveaux avec des déchets ménagers. Dorénavant, ils pourront mieux apprécier la complexité de la pollution atmosphérique, la pollution marine et celle des cours d’eau, ainsi que tout comportement de déprédation du charme et de la beauté de la nature, mais aussi tout agrégat de désagrégation de la santé et de la vitalité humaine.

Selon le maire de Pikine ouest, Pape Gora Thiam, chargée de la supervision du programme du Cael dans la région de Dakar, le Sénégal est loin d’être un pays riche et économiquement indépendant. ‘Reconnaissons cela tout suite, pour éviter toute polémique’, dit-il. Mais, compte tenu de l’étendue des problèmes, de l’envergure des difficultés et de l’ampleur des dégâts, une autre approche de prévention, de contrôle, de gestion et d’anticipation des crises et difficultés, est urgente. Pour lui, l’une de nos principales ressources naturelles en l’occurrence l’eau, reste fortement polluée. Et les principales sources de pollution, qui dégradent la ressource en eau, ont pour origine les rejets domestiques, les eaux usées, les eaux pluviales, l’activité industrielle et agricole. Ces pollutions, poursuit-il, ‘engendrent une dégradation de la qualité des eaux ; ce qui peut avoir un impact négatif, non seulement sur la santé publique mais aussi sur les écosystèmes aquatiques’. Ainsi, Pape Gora Thiam, ajoute que ‘la mise en œuvre du développement durable repose donc sur la bonne volonté de l’ensemble de la population qui, pour être actrice, doit être informée et éduquée’. Par conséquent il exhorte ses pairs à divulguer les résolutions qui seront adaptées à la fin de l’atelier dans leur zone d’intervention.

Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1084 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance