Recherche

Pose de la première pierre de deux forages à Kidira, en attendant le transfert d’eau de la Falémé



Kidira, 10 jan (APS) - Le ministre de l’Hydraulique Mansour Faye a posé, vendredi, la première pierre de deux forages devant alimenter la ville de Kidira, en attendant que soit réalisée une unité de potabilisation et de transfert d’eau à Faboli sur la Falémé, comme ‘’solution définitive’’ pour approvisionner cette commune et un ensemble de villages situés le long de ce cours d’eau.

Pour le secrétaire d’Etat à l’Hydraulique rurale Diène Faye, la construction de ces deux ‘’forages de renforcement ‘’, avec un appui de la Banque mondiale pour un coût de 50 millions de francs CFA, est une ‘’solution transitoire’’ qui permettra, avec les deux forages existant dans la ville de Kidira, de fournir de l’eau courante à la commune confrontée à un sérieux problème concernant cette ressource.

‘’Kidira est une ville commerciale, (ce) qui multiplie par quatre ses besoins en eau’’, a dit le maire Demba Thiam, lors d’une rencontre populaire à Kidira. ‘’La population était obligée de se rendre au Mali pour s’approvisionner en eau ou de puiser dans la Falémé’’, a-t-il relevé, notant que la pénurie d’eau remonte à 30 ans. ‘’Régler ce problème d’eau de Kidira est une question de dignité nationale’’, a-t-il estimé.

‘’Le problème de Kidira, c’est l’eau’’, a relevé dans le même sillage, Ami Ndiaye s’exprimant au nom des femmes. Elle a noté que le bidon de 20 litres s’achetait à 200 francs, de l’autre côté de la frontière, dans la ville malienne de Diboli. Bien que les pompes manuelles installées dans la ville aient été restaurées par le nouveau maire, elles donnent de l’eau saumâtre, a-t-elle regretté.

Selon Same Diouf, le consultant hydrogéologue-géophysicien, qui a réalisé les études de surface et du sous-sol, la zone de Kidira, eu égard à la configuration spécifique de son sous-sol, a nécessité une étude tout aussi spécifique. D’autres prospections sont en cours entre Sénédébou et Bakel pour identifier d’éventuelles localisations de forages.

Les résultats de l’étude ont donné des prévisions de débit des deux forages cumulés, de l’ordre de 25 à 60 mètres cubes à l’heure, qui viendront renforcer les deux forages de Kidira dont l’eau est saumâtre.

''La solution définitive c’est de tirer l’eau de Faboli’’ pour alimenter la ville, a dit Diène Faye. Situé à une dizaine de kilomètres de Kidira, le site devant abriter l’unité de potabilisation et de transfert (UPT), a été visité par la délégation ministérielle. Son coût est estimé au moins à 500 millions de francs CFA, a dit Diène Faye.

Le Faboli est un bassin naturel sur le lit de la Falémé qui dispose d’eau de manière quasi-permanente sur une distance de 23 kilomètres, avec une discontinuité à un endroit du cours d’eau, a expliqué Niokhor Ndour, responsable de la gestion et de la planification des ressources en eau. La capacité de cette retenue naturelle d’eau est estimée entre 5 et 10 millions de mètres cube, a-t-il dit. Il a annoncé que ‘’d’ici fin avril et au plus tard juin’’, l’étude en cours sur l’UPT sera bouclée.

M. Ndour a noté que vue la présence d’un socle souterrain de Goudiry jusqu’à la Falémé, le transfert d’eau reste la solution alternative. Les installations permettront de traiter l’eau du fleuve sur place, avant de la transférer à travers une conduite principale vers Kidira, en alimentant des villages situés le long de son itinéraire.

Cette solution permettra aussi de promouvoir l’irrigation, a dit M. Faye. Il a précisé que des études préalables seront menées pour vérifier d’éventuels risques de contaminations au mercure, une substance utilisée dans l’orpaillage pratiqué dans la zone.

Le président du conseil départemental de Bakel Demba Diallo a salué la ‘’créativité’’ dont a fait preuve le département de l’hydraulique, pour contourner la contrainte du socle souterrain, et prendre en charge la ‘’doléance majeure’’ de l’eau, qui avec la problématique du désenclavement sont les difficultés dont la résolution est à même de porter le développement de tout le département.

Parmi les solutions transitoires, le ministre a promis une enveloppe de 3,5 millions de francs CFA pour éponger en partie la dette de plus de sept millions que traîne encore le comité ad hoc mis sur pied pour redresser la situation de l’Association d’usagers de forages (Asufor), a rapporté le secrétaire d’Etat à l’Hydraulique rural.

L’ancien bureau de l’Asufor, destitué pour des difficultés de gestion, et remplacé par une équipe ad hoc, a laissé une dette de 10 millions de francs CFA, a relevé Mamadou Cissokho, président du comité de transition.


ADI/OID

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 134 fois
Eau et Assainissement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance