Recherche

Pape Diouf promet 'des solutions urgentes' au traitement des aux usées



Dakar, 29 jan (APS) - L’Etat entend trouver ''des solutions urgentes'' au traitement des eaux usées, a indiqué, mercredi à Dakar, le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, relevant que sur les 25 millions de mètres cubes collectés par an ''les 16, 4 millions sont rejetés directement en mer sans aucun traitement''.

''Sur les 25 millions de m3 d’eaux usées collectées par an, seuls 8,6 millions sont traités, soit environ 35 % des eaux collectées faisant qu’un volume de 16, 4 millions de m3 d’eaux usées est rejeté directement en mer sans aucun traitement’’, a-t-il dit.

Pape Diouf présidait un atelier de restitution de la mission B de l’étude du projet de dépollution de la Baie de Hann. La mission B a pour objectif de procéder à l’étude comparative des variantes d’assainissement, en se basant sur des critères technico-financiers.

‘’Partant de ce constat, l’Etat entend trouver des solutions urgentes, adéquates et pérennes aux nombreuses et récurrentes difficultés du secteur à travers des projets d’envergure tels que celui de la dépollution de la Baie de Hann’’, a annoncé le ministre.

L’Etat du Sénégal, appuyé par les bailleurs de fonds, a démarré, en 2008 le projet de dépollution de la baie de Hann. Sa mise en place prévue pour 2016 est d’un coût de 33 milliards qui va être un patrimoine de l'Office national de l'assainissement (ONAS) chargé de son exploitation.‘

L’ouvrage comprend un intercepteur qui fait 13 km à partir de la cité ISRA jusqu’à Petit Mbao avec 8 stations de relevage, une station de pré-traitement à Petit Mbao et un émissaire de 3 km en mer pour le rejet des eaux usées

Cependant, Pape Diouf a exhorté le directeur général l'ONAS et les équipes d’encadrement technique, à ''agir avec diligence pour boucler les études dans les délais, afin d’entamer les réalisations''.

‘’La qualité des eaux superficielles et souterraines, le cadre de vie des populations et les écosystèmes marins sont affectés par le rejet considérable d’effluents domestiques et industriels non traités. A Dakar, chaque jour près de 180 000 mètres cubes d’eaux usées sont jetés en mer’’, a souligné M. Diouf.

Rappelant que la Baie de Hann rassemble plus de 60% du tissu industriel national, Pape Diouf estime que ‘’cette situation rend indispensable la mise en place diligente d’un réseau d’assainissement global, normalisé pour améliorer le cadre de vie des populations riveraines’’.

Il a par ailleurs invité les partenaires au développement à continuer à les accompagner pour l’amélioration durable du cadre de vie des populations de Dakar, avec une réduction drastique des risques sur la santé à l’horizon 2020.

SDI/AD

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 191 fois
Eau et Assainissement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance