Recherche

PROMOTION DES ÉNERGIES PROPRES EN MILIEU RURAL 365 mille ménages s’éclairent à basse consommation

La politique d’amélioration de l’accès à l’électricité en milieu rural à des coûts adaptés au budget des ménages vient de recevoir un coup de pouce. 1.500.000 ampoules à basse consommation devront remplacer les ampoules à incandescence actuellement utilisées. Le projet d’investissement d’environ 3,15 milliards de FCfa (Banque mondiale-Aser) qui est à l’origine, vise la réduction des gaz à effet de serre.



L’Agence sénégalaise d’électrification rurale (Aser) et la Banque mondiale ont signé, ce mercredi 3 septembre à Dakar, un contrat d’achat de réduction d’émission portant sur un programme d’efficacité énergétique du Mécanisme de développement propre (Mdp) prévu par le Protocole de Kyoto. Ce premier programme d’activité Mdp permettant la réduction des émissions de gaz à effet de serre mis en place au Sénégal a pour objet d’améliorer l’accès à l’électricité en milieu rural à des coûts adaptés au budget des ménages.

Ce projet d’investissement d’environ 3,15 milliards de FCfa (7 millions de dollars Us) devrait être bénéfique pour des dizaines de milliers de ménages en milieu rural. Un document de la banque mondiale remis à la presse informe que « le programme Mdp de l’Aser s’inscrit dans le cadre du Programme prioritaire d’électrification rurale qui permettra l’accès à l’électricité d’environ 365 mille ménages sur une période sur période de cinq ans ». La même source indique que « ce contrat d’achat de réduction d’émission porte sur 120 mille tonnes d’émission de carbone évitées grâce aux économies d’électricité réalisées avec l’installation de 1.500.000 ampoules à basse consommation lors de l’électrification rurale au Sénégal ».

Et fait savoir que ces ampoules ont une durée de vie de cinq à six fois plus longue que les ampoules indécentes habituellement utilisées. A l’en croire, ces ampoules présentent également l’avantage d’une consommation réduite en énergie qui entraînera des économies sur la facture d’électricité des ménages et des réductions des émissions de gaz à effet de serre.

Le Directeur général de l’Aser, Modibo Diop, a affirmé que la mise en œuvre du projet Mdp permettra à l’agence qu’il dirige, de trouver des ressources additionnelles qui pourront lui permettre d’accroître davantage l’accès des populations rurales du Sénégal aux services électriques. Il a concédé que « l’accès de ces populations rurales à cette forme d’énergie moderne permettra d’améliorer sensiblement leurs conditions de vie, tout en contribuant à la préservation de l’environnement global ». Modibo Diop de rappeler que « ce programme d’électrification a pour objectif d’augmenter le taux d’accès à l’électricité des ménages de 16% à 50% d’ici 2012 ».

Sur la même lancée, la représentante résidente par intérim de la Banque mondiale, Mme Meskerem Mulatu, a reconnu que ce programme sénégalais a une forte valeur de démonstration. Elle dit être convaincu que « les mesures d’efficacité énergétique introduites dans le programme d’électrification rurale grâce à ce mécanisme de développement propre, permettront d’identifier la portée du programme à travers les ressources financières additionnelles générées par la vente de crédits carbone ».

Le ministre de l’énergie, Samuel Sarr, pour sa part, a postulé que : « Dans un contexte de rareté des ressources et de coûts d’énergie électrique élevés, la mise en œuvre d’un tel projet permettra d’assurer une gestion rationnelle de l’énergie disponible et de trouver des ressources additionnelles nécessaires pour développer l’accès des populations rurales aux services électriques ». A l’endroit des bailleurs de fonds, Samuel Sarr a fait savoir que la recherche d’acquéreurs est lancée concernant autres projets de même nature.

Ainsi, grâce à ce partenariat avec la banque mondiale, le Sénégal vient d’ouvrir la porte, jusque-là fermée, des opportunités du Mécanisme développement propre. Le Directeur général de l’Aser concède que ce compagnonnage avec la banque mondiale a permis de surmonter les nombreux obstacles empêchant le développement du Mdp en Afrique qui sont : le manque de ressources humaines suffisamment formées sur le Mécanisme et les coûts élevés associés au montage des projets.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 920 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance