Recherche

Office du Lac de Guiers : Le Sénégal institutionnalise la gestion de la ressource eau



L’évaporation naturelle, l’utilisation irrationnelle et les changements climatiques menacent, dans le long terme, la survie du Lac de Guiers. L’exemple du Lac Tchad est régulièrement ressassé, la dépression étant passé d’une superficie de 25 mille km2, en 40 ans, à 2 mille km2 aujourd’hui. Le Lac de Guiers ne fait que 240 km2. L’Etat se met dans la logique de prévention.

L’Assemblée nationale a voté, hier, le projet de loi portant création de l’Office du Lac de Guiers. Ladite structure a pour missions la planification et la gestion des eaux du lac, ainsi que la programmation des investissements, la maîtrise d’ouvrage, la conception et le contrôle des études et des travaux portant sur des infrastructures relatives à la gestion du plan d’eau du Lac de Guiers. L’Office prendra, également, en charge l’exploitation et la maintenance des équipements ainsi que le suivi qualitatif et quantitatif des ressources du lac.

Les ressources financières de la structure proviendront de l’Etat (dotation budgétaire annuelle), des taxes (collectées par des services publics de l’eau potable et de l’assainissement, sur les constructions nouvelles ou existantes, de la pollution), la participation des usagers à l’exploitation des infrastructures, des subventions, des dons et legs.

La création de l’Office du Lac de Guiers résulte de la nécessité de protéger la ressource qui, somme toute, n’est pas intarissable. Par le fait de changements climatiques et de gestion non rationnelle de l’eau, l’avenir du lac pourrait être sérieusement menacé, en effet.

Des parlementaires ont rappelé que le Lac Tchad, immense de 25 mille km2 il y a 40 années, ne fait plus qu’une superficie de 2 mille km2. A titre de comparaison, le Lac de Guiers fait 240 km2.

Le ministre d’Etat Omar Sarr, en charge de l’Hydraulique a mentionné, lors des travaux en commission, que ‘la gestion de l’utilisation durable du lac se pose toujours avec une acuité de plus en plus forte, eu égard d’une part à la montée en flèche de la demande pour des usages plus diversifiés et d’autre part aux risques de pollution et à l’utilisation anarchique de l’espace environnant’.

Le Lac de Guiers serait, en effet agressé par l’accélération du processus d’aménagement agricole des rives, la multiplication des formes d’usage de l’eau (alimentation en eau potable, irrigation, drainage), les rejets toxiques, la prolifération des plantes aquatiques. Dans les textes, (et comme mentionné plus haut), il est prévu le prélèvement de taxes pour financer l’Office. Toutefois, les petits producteurs agriculteurs, pasteurs et pêcheurs seront épargnés de taxes. Le député Abdourahmane Bocoum estime, pour sa part, que les petits exploitants doivent payer leurs obligations au même titre que les autres, car derrière le manteau de petits exploitants peuvent se réfugier des agro-business. Mais le ministre Omar Sarr avait déjà tranché la question, en Commission. ‘Il est impensable de vouloir leur imposer des taxes d’autant plus que leur prélèvement reste insignifiant, contrairement aux agro-business, aux usines de traitement pour la consommation de Dakar, entre autres’, avait-il répondu.

Relativement à la pollution, le député écologiste Ousmane Sow Huchard demande au ministre d’instaurer, non pas une taxe comme c’est prévu dans les textes, mais plutôt de brandir une interdiction systématique de polluer et d’attirer l’attention de la Compagnie sucrière sénégalaise, l’un des grands pollueurs du lac, parce qu’y déversant des déchets toxiques. Une des raisons qui poussent les parlementaires à souhaiter que l’Office se dote d’un cadre juridique fort pour surmonter tous les obstacles.

Kh.BAKHOUM
Wal Fadjri

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 3943 fois
Eau et Assainissement


Commentaires articles

1.Posté par GUEYE Yakhya le 24/04/2010 16:46
Merci pour cette initiative d'instaurer un cadre de gestion du lac Guiers car les villes du pays ont un grand besoin pour ce plan d'eau en tête de ligne celle de Dakar.
Cependant les cours d'eau comme celui la situés dans un bassin versant ont besoin d'être géré selon leur contexte ; je veux dire que le cadre de gestion ne doit pas se limiter au dit cours d'eau simplement et être résumé aux contour du lac (limites).
Un périmètre de protection doit être érigé pour lutter contre la pollution et les principes pollueur-payeur et prélever-payeur doivent aussi être appliqués.
L'application des principes de la Gestion Intégrée des ressources en eau (GIRE), nouveau mode de gestion de l'eau sera très intéressant pour ce cours d'eau vital.

Bonne réception

2.Posté par Boubacar CISSE le 14/10/2010 02:07
Bonjour,
L'Office national du lac de Guiers est venu à son heure. Le lac de Guiers comporte beaucoup d'enjeux surtout celui des rejets d'origine agricoles. C'est une menance réelle malheureusement cette pratique demeure. Or les textes de lois notamment le Code de l'environnement l'interdit.
J'appuie l'ONLG!!!
Cordialement

3.Posté par Tomas Diagne le 01/07/2011 12:45
Bonjour
Je reviens d'une mission ou j'ai pu mesurer l'ampleur des defis qui attendent l'Office du lac de Guiers et je vais apporter ma contribution a ce processus notament avec l'erection des reserves naturelles communautaires avec l'appui des communautes locales dans cet ecosysteme si particulier.

Bon vent ONLG

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance