Recherche

Le directeur des Eaux et Forêts annonce la mise en place d’une brigade éco-citoyenne



Saly-Portudal (Mbour), 29 oct (APS) – Le directeur des Eaux, Forêts, Chasse et de la Conservation du sol, le colonel Daniel André, a annoncé, mardi, la mise en place prochaine d’une brigade éco-citoyenne, dans le cadre du projet ‘’Emplois verts’’ du Programme de renforcement et de consolidation des acquis (PRCA) dont il est le coordonnateur technique.

‘’Nous voulons que des jeunes qui habitent une localité viennent travailler avec les agents des Eaux et Forêts, dans le cadre d’un partenariat. Il s’agit de trouver de petites bourses à ces jeunes qui vont s’investir dans la lutte contre les feux de brousse, à côté des agents des Eaux et Forêts et qui, demain, avec cette petite bourse, auront un pécule pour voir essayer de monter des emplois verts’’, a expliqué le colonel Daniel André.

Il a souligné que ''c’est une façon de gérer l’environnement et la porte d’entrée de cette lutte, ajoutant : ''c’est la lutte contre les feux de brousse et qu’il faut tout mettre en œuvre pour ce fléau que constitue les feux de brousses qui font perdre au Sénégal, chaque année, 45 mille hectares de forêt''.

Le colonel André s’exprimait lors du lancement des travaux de l’atelier de diagnostic et de relance du PRCA, présidé par le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Mor Ngom. La rencontre se tient du 29 octobre au 2 novembre prochain.

En effet, depuis 1984, le Royaume des Pays-Bas apporte une aide financière au Sénégal, destinée au sous-secteur forestier, dans la cadre du programme décennal de développement forestier et du projet agro-forestier du Sénégal de 1993.

En 2005, avec l’application des recommandations issues de l’évaluation du système de gestion des finances publiques, le ministère en charge de l’Environnement expérimente la gestion axée sur les résultats (GAR), à travers un cadre de dépenses sectorielles à moyen terme (CDSMT), avec la mise en cohérence des dépenses du secteur, en fonction des pratiques stratégiques et des ressources financières disponibles.

En 2011, a explique Mor Ngom, le gouvernement néerlandais a procédé à une révision de son programme de coopération et a décidé de réduire le nombre de pays partenaires. Ainsi, sur 36 Etats, les Pays-Bas ont retenu de poursuivre leur coopération bilatérale avec une quinzaine.

Les critères qui ont présidé au choix de ces quinze pays sont la fragilité, la pauvreté, les relations traditionnelles avec les Pays-Bas et l’intérêt pour le secteur privé néerlandais, le Sénégal ne faisant pas partie des Etats retenus.

En revanche, compte tenu de la qualité de la coopération, les autorités néerlandaises ont décidé que l’arrêt de partenariat dans le secteur se fasse de manière progressive et selon un processus concerté.

Il a été ainsi convenu de formuler un programme de renforcement et de consolidation des acquis du ministère de l’Environnement et du Développement durable allant de 2012 à 2014, avec comme objectif ‘’de consolider et de renforcer’’ les résultats des programmes du CDS-M1.

‘’Nous sommes au terme de la première phase du PRCA et il fallait faire une évaluation, un contrôle et une réadaptation des allocations par rapport nos objectifs sur une vingtaine de projets majeurs qui portent tous cette politique environnementale et du développement durablel’’, a déclaré Mor Ngom.




ADE/AD

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 32 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance