Recherche

La gestion des terres est confrontée au manque d'harmonisation des documents (expert)



Dakar, 5 mars (APS) - La gestion durable des terres au Sénégal est confrontée à un manque d’harmonisation des documents élaborés sur la question, a déclaré mardi à Dakar, Gabriel Sarr, chargé des questions environnementales, à la direction de la planification du ministère de l’Economie et des Finances.

‘’Le principal problème qui s’est posé, c’est celui de l’harmonisation des documents. Il y a des documents qui sont là et qui semblent faire la même chose. Et on ne se rend pas compte des problèmes qui sont posés’’, a-t-il dit.

Gabriel Sarr clôturait l’atelier d’échanges de deux jours sur l’élaboration de la Stratégie de gestion durable des terres au Sénégal et la validation du rapport du Programme national d’action pour la lutte contre la désertification (PAN/LCD).

Cette rencontre est à l’initiative du ministère de l’Environnement et du Développement durable, avec l’appui d’un certain nombre de partenaires au développement.

Au premier jour de la rencontre, les participants ont procédé à la présentation de trois documents essentiels qui sont le cadre national et stratégique lié à la gestion durable des terres, le plan de stratégie de la réduction de la pauvreté, le document du Fonds mondial de l’environnement (FME).

‘’Il faut faire de telle sorte qu’il ait une synergie au niveau des activités de toutes les structures concernées, pour qu’on puisse avoir une vision commune au niveau de ces projets, afin d’éviter des pertes de temps et de moyens, alors la préoccupation des autorités c’est d’obtenir l’efficience, l’utilisation des moyens par rapport aux résultats’’, a-t-il déclaré.

La principale remarque qui a été faite à l’endroit des autorités, c’est que la plupart du temps, il y a des documents qui sont élaborés au niveau sectoriel mais il manque un certain portage politique. Il faut que les politiques fassent confiance aux techniciens. Une feuille de route a été déroulée à la fin de l’atelier.

Ibra Sounkarou Ndiaye, suppléant au point focal de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification, directeur des Eaux et Forets a, pour sa part, indiqué qu’’’il fallait également essayer de voir quels sont les liens qu’il peut y avoir entre ces processus de relance des actions de lutte contre la désertification et la dégradation des terres''.

Selon lui, ‘’le gouvernement a pris en compte cette question-là dans la nouvelle politique qui est dégagée dans la stratégie nationale et que ça soit le processus d'élaboration de la stratégie financière intégrée’’.

‘’Nous avons arrêté, d’un commun accord, une feuille de route qui nous permettra d’arriver à réaliser cet objectif d’ici fin 2013 en ce qui concerne l’élaboration de la stratégie financière intégrée et 2014 pour ce qui concerne l’alignement de notre PAN/LCD’’, a indiqué M. Ndiaye.

FD/AD

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 114 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance