Recherche

La concertation comme recette pour impulser le tourisme et l'hôtellerie (ministre)



Saly-Portudal (Mbour), 19 jan (APS) – Le ministre du Tourisme et des Loisirs, Youssou Ndour, a affirmé, vendredi, à Saly-Portudal, station balnéaire située dans le département de Mbour, qu’il comptait sur la concertation pour booster le secteur du tourisme et de l’hôtellerie, afin de faire profiter les Sénégalais des retombées de ce secteur pourvoyeur de devises et d’emplois.

M. Ndour effectue depuis vendredi une visite de travail de deux jours dans cette zone touristique. Il s’est rendu successivement à Pointe-Sarène et à Mbodiène, avant de présider, dans la soirée, à l’hôtel de ville de Saly-Portudal, une réunion de concertation avec les professionnels du secteur, les collectivités locales et la Société nationale d’aménagement et de promotion des zones et côtes touristiques du Sénégal (SAPCO).

‘’Nous avons décidé d’instituer ce genre de rencontres qui vont se tenir tous les trois mois, pour faire le point sur le secteur du tourisme et de l’hôtellerie, surtout à Saly, à travers des réunions du comité de station’’, a notamment déclaré le ministre du Tourisme et des Loisirs.

Au cours des débats qui ont duré plus de deux heures, les professionnels du secteur du tourisme et de l’hôtellerie ont mis le doigt sur les maux qui gangrènent le secteur.

Des maux qui ont trait à l’accueil, à l’insécurité, à l’insalubrité, à l’érosion côtière, à la mauvaise promotion de la destination Sénégal…

‘’Je ne suis pas venu pour prendre des décisions, mais plutôt pour vous écouter et mettre en place un calendrier de rencontres avec vous dans le cadre d’un dispositif de concertation intitulé +Diissoo+’’, a d’emblée précisé le ministre du Tourisme.

‘’Nous avons pris le pouvoir dans une situation très difficile : le Sénégal était dans un trou. Quand on est arrivé à la tête de ce ministère, il n’y avait pas de moyens, il n’y avait rien du tout’’, a-t-il fait remarquer.

Selon lui, ‘’il faut donc remettre les choses à niveau pour pouvoir repartir sur de nouvelles bases. Dieu merci, nous démarrons 2013 avec un budget que nous maîtrisons […]’’’.

Selon lui, l’Agence nationale de promotion touristique (ANPT), qui est en faillite, a laissé une dette d’un milliard de franc CFA. On doit aussi de l’argent à des journaux et des chaînes de télévision étrangères, à des salons, des tours opérateurs (TO), etc.

‘’En tant que ministre du Tourisme et des Loisirs, je ne peux même plus voyager à l’étranger, parce que le Sénégal s’est beaucoup endetté pour son image. Et si la dette de l’ANPT n’est pas payée, le Sénégal ne passe pas. Mais, avec nos maigres moyens, vous verrez que nous allons faire de bonnes choses’’, a promis M. Ndour, selon qui ‘’l’ancien régime ne croyait pas au tourisme’’.

A propos de l’érosion côtière qui est en train de faire perdre au Sénégal ses plus belles plages, le ministre du Tourisme et des Loisirs annonce que les travaux de protection du littoral vont démarrer dès ce lundi pour une durée de six mois.



ADE/ASG

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 202 fois
Tourisme et hôtellerie


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance