Recherche

L’éland de derby occidental menacé de disparition (officiel)



Saly-Portudal (Mbour), 29 jan (APS) – L’éland de derby occidental (taurotragus derbianus derbianus), connu aussi sous le nom de ‘’la belle antilope’’, est ‘’gravement menacé’’ de disparition, a alerté mardi Ismaïla Diop, directeur de cabinet du ministre sénégalais de l’Environnement et du Développement durable.

M. Diop s’exprimait à Saly-Portudal, près de Mbour (Sud-est de Dakar), où il présidait un atelier international de trois jours (29-31 janvier) sur la conservation de cette espèce.

Selon lui, la menace qui pèse sur cet animal est lié aux multiples et intenses pressions qui s’exercent sur les écosystèmes de la sous-région ouest-africaine.

L’éland de derby occidental, une espèce d’importance endémique de cette sous-région, est la plus grande antilope du monde, a-t-il rappelé.

Et à l’exception d’une population résiduelle en Afrique de l’Ouest, cette espèce est essentiellement présente au Nord du Cameroun et en République centrafricaine.

‘’Les multiples et intenses pressions qui s’exercent sur les écosystèmes, notamment les feux de brousse, la colonisation agricole et minière, le braconnage, l’exploitation forestière abusive et le surpâturage du bétail constituent de véritables obstacles à son développement’’, a-t-il souligné.

Il a indiqué que ‘’ces pressions se traduisent par un morcellement des corridors biologiques, tant sur le plan national que transfrontalier’’.

‘’A ces pressions s’ajoutent les distorsions des cadres institutionnels, de gouvernance et de réglementation dans la gestion des ressources naturelles d’un pays à l’autre qui, du reste, concernent les pressions dans certains pays, notamment la carbonisation et les défrichements’’.

Il a souligné que les autorités sénégalaises ont eu, très tôt, la clairvoyance de mettre en place un réseau d’aires protégées représentatives de l’ensemble des écosystèmes du pays. Cela a, selon lui, a permis de sauvegarder l’essentiel de la grande et moyenne faune du pays.

D’après Diop, la plupart des espèces de cette grande et moyenne faune restent confinée dans le Sud-est du Sénégal et particulièrement dans le Parc national du Niokolo Koba, qui a une superficie de 913.000 ha.

Il a souligné que le gouvernement sénégalais a ‘’la ferme volonté’’ de coopérer avec la République Tchèque, ainsi que la communauté internationale et les différentes parties prenantes.

Pour le Directeur des Parcs nationaux (DPN) du Sénégal, le colonel Soulèye Ndiaye, l’effectif de 170 individus recensés dans le Parc national de Niokolo Koba ‘’prouve une diminution progressive de cette espèce dans cette zone’’.

‘’A la fin des années 70 et au début des années 80, le nombre de sa population était estimé entre 400 et 800 individus. Si l’exactitude des estimations du nombre d’individus de cette timide et insaisissable espèce reste floue, il n’en demeure pas moins vrai que le nombre de sa population a fortement diminué ces vingt et trente dernières années’’, a-t-il expliqué.

ADE/ASG/DND

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 106 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance