Recherche

Journée mondiale de l’environnement : Le Sénégal perd 40.000 hectares de forêt chaque année



Journée mondiale de l’environnement : Le Sénégal perd 40.000 hectares de forêt chaque année
Le Sénégal subit de plein fouet les effets des modifications climatiques avec notamment une perte annuelle d’environ 40.000 hectares de forêts. La révélation est du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé, qui présidait, hier, à Bokidiawé (département de Matam) les festivités marquant la célébration de la Journée mondiale de l’environnement (Jme).
Le Sénégal enregistre annuellement des pertes estimées à 40.000 hectares de forêts. Les superficies forestières sont passées de 9,7 millions d’hectares en 2005 à 8,5 millions d’hectares il y a quelques années, selon le ministre de l’Environnement et du Développement durable. Face à ce fléau, l’urgence d’un changement de paradigme a été soulignée. C’est dans cette optique que le Sénégal est actuellement dans un processus d’actualisation de sa stratégie de développement durable pour l’adapter au Plan Sénégal émergent (Pse), aux engagements internationaux et à l’Acte 3 de la décentralisation. Devant une forte mobilisation des populations du Fouta, l’autorité a estimé que l’avenir de l’humanité dépend fortement de nos habitudes de consommation. La trajectoire économique que les hommes ont imprimée au monde montre que nous allons droit vers le mur si rien n’est fait, ajoute M. Baldé pour qui les principaux moyens d’existence, les ressources agricoles et forestières, les ressources halieutiques et en eau ainsi que la santé sont affectés par les effets des changements climatiques. L’importance du couple production-consommation a poussé les autorités à élaborer, dès 2006, le premier plan décennal sur les modes de production et de consommation durables visant, entre autres, la foresterie, l’agriculture, l’hydraulique, la pêche et l’aquaculture, l’élevage, les mines ainsi que l’énergie. Consommer durable, c’est adopter un comportement responsable qui respecte les ressources naturelles et qui prend en compte l’équité et les générations futures. Pour réaliser une telle ambition, il faudra maîtriser des facteurs comme l’éco-citoyenneté, la réglementation en matière de protection de l’environnement et les capacités à gérer durablement le cycle de vie des biens et services.


Les résultats probants du Prodam magnifiés
La célébration de la Journée mondiale de l’environnement à Bokidiawé s’est tenue en présence d’une forte délégation d’élus locaux du département, dont le député Farba Ngom, et du gouverneur de région, Oumar Mamadou Baldé. La visite de la Société d’intensification de la production agricole (Sipa) de Thiambé a été l’un des temps forts de la manifestation. Il s’agit d’une des nombreuses innovations apportées par le chef de l’Etat, Macky Sall, dans le cadre de sa vision sur le développement économique et social du Sénégal. Globalement, les résultats probants du projet de développement agricole de Matam (Prodam), dirigé par Thierno Bâ, ont été magnifiés par le ministre de l’Environnement.
Cela démontre la pertinence des orientations du Pse, surtout celles relatives à l’amélioration significative des conditions de vie des populations et la lutte soutenue contre les inégalités sociales tout en préservant la base des ressources.


De notre envoyé spécial à Matam, Mamadou Lamine DIATTA
lesoleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 127 fois
Projets et Programmes


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 6
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance