Recherche

Journée mondiale : Le Cocideas pour un accès à l’eau et l’assainissement pour tous



Le Conseil citoyen droit à l’eau et à l’assainissement du Sénégal (Cocideas) entend apporter sa contribution aux besoins encore énormes en termes d’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène. Il a organisé, hier, à Dakar, une conférence de presse sur le thème : « De la coopération dans le domaine de l’eau », dans le cadre de la Journée mondiale de l’eau.

Le Conseil citoyen droit à l’eau et à l’assainissement (Cocideas) plaide pour un accès à l’eau et à l’assainissement pour tous. Cette alliance multi-acteurs, qui relie et met en synergie toutes les organisations citoyennes, a organisé, hier, une conférence de presse portant sur le thème : « De la coopération dans le domaine de l’eau ». L’objectif de cette rencontre est de mobiliser les citoyens et usagers de l’eau dans la solidarité pour promouvoir l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, conformément à la résolution des Nations unies du 28 juillet 2010. « L’eau et l’assainissement relèvent du droit humain. C’est pourquoi la mise à disposition d’une eau potable et d’un assainissement approprié représente une condition essentielle au bien-être, à la santé humaine, à la protection de l’environnement et à un développement durable », a déclaré le coordonnateur du Cocideas, Mamadou Mignane Diouf.
Selon M. Diouf, il faut aller dans le sens de faire respecter les engagements que les Etats ont pris envers les Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). « Nous sommes à 2 ans des délais annoncés pour l’atteinte des Omd. Au Sénégal, même si les chiffres indiquent 90 à 91 % de taux d’accès à l’eau potable, des populations de certains quartiers de Dakar continuent encore de réclamer l’eau aux heures normales. A ces manquements, il faut ajouter des inégalités accrues liées au prix de ce liquide, à la qualité et à la quantité de l’eau distribuée. La provenance de l’eau, l’état du réseau et la gestion de la distribution font que la qualité de l’eau est incertaine et mauvaise dans de nombreux quartiers. Différentes zones de Dakar sont approvisionnées par de l’eau provenant des différentes nappes phréatiques polluées qui, pour la plupart, contiennent des produits chimiques. Ces contaminations proviennent d’un manque d’assainissement », a-t-il indiqué. Pour lui, la Sones doit assurer aux consommateurs que l’eau qui leur est servie est « potable et de qualité », a-t-il avancé, notant que le coût de l’eau reste également « un défi majeur » à relever.

Les sachets d’eau, un danger pour les consommateurs
Mamadou Mignane Diouf a dénoncé le développement de la vente de dosettes d’eau au Sénégal. A l’en croire, la multiplication de la vente des dosettes d’eau est « un risque énorme », les sachets étant souvent gardés dans des conditions d’hygiène douteuses et vendus sans que l’on sache d’où ils proviennent. Pire, ils sont exposés en plein air. Retournés à la maison après avoir fait la rue toute une journée et remis dans le frigo avec des bactéries et d’autres microbes, ils souillent le contenu du réfrigérateur, avant d’être remis sur le marché. « Ce mouvement de va et vient dans des conditions d’hygiène non certifiée est à condamner. C’est tout le sens de notre appel », a expliqué M. Diouf, qui a appelé les Etats africains à inscrire le droit à l’eau et à l’assainissement dans les textes fondamentaux.

Tata SANE
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 106 fois
Eau et Assainissement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance