Recherche

GESTION RATIONNELLE DES FORETS : Une meilleure approche d’éducation et de sensibilisation



Pour juguler la dégradation des ressources naturelles en impliquant les collectivités locales et les acteurs à la base, une démarche participative a abouti par des consensus, et la mise en place d’une convention locale dans l’arrondissement de Koulor

Une sorte de code de conduite, selon le président du conseil rural, Djouga Diop, pour une meilleure approche d’éducation et de sensibilisation et surtout pour la gestion durable des écosystèmes. Koulor dans le cadre de la gestion rationnelle des forêts a conçu cet outil dans un processus interactif afin d’améliorer les conditions de gestion de ces massifs forestiers. L’objectif visé reste l’augmentation et l’amélioration des retombées pour les populations et une gestion durable des ressources. Il s’agit dira M Diop de permettre aux populations de bénéficier au plus de l’aménagement des forêts communautaires. Nous bénéficions, a t-il souligné, des réformes introduites par le programme USAID Wula Nafaa dans la fiscalité forestière qui sera prise en compte dans le nouveau code forestier. Dans la première phase, notre collectivité locale a élaboré et a mis en œuvre les dispositions conventionnelles en vue d’une plus grande efficacité dans la prise en charge des activités de protection, de valorisation et de concertation des ressources au niveau des terroirs villageois. Cela est nécessaire pour surmonter les difficultés dans l’appropriation des acteurs de ces conventions élaborées pourtant de façon participative pour plus de conformité avec la réglementation en vigueur au Sénégal dans les domaines pastoral, agricole, forestier, organisationnel et foncier. Koulor selon son président fait corps avec la philosophie du programme de gestion durable et participative des énergies traditionnelles et de substitution Progede « prendre ce que peut donner la forêt et lui restituer une partie des recettes ». Avec le soutien de l’Usaid Wulla Nafa, 60% des recettes retournent à la forêt par les pépinières, les gardiens et relais techniques, la lutte contre les feux de brousse. La collectivité rurale dans les deux cas s’octroie les 10% et le reste est confié aux comités villageois et inter villageois.

P.D. SIDIBE
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1118 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance