Recherche

GESTION DES ORDURES-ARRIVEE ANNONCEE D’INVESTISSEURS ETRANGERS Le Sénégal commence sa toillette avec 17,5 milliards



Le Programme national de gestion des déchets (PNGD) sera bientôt lancé. Nécessitant 170 milliards de F Cfa pour une durée de 7 ans, le PNGD a déjà obtenu de la Banque islamique de développement (BID) 17, 5 milliards. A travers celui-ci, les autorités espèrent, à terme, rendre les villes sénégalaises attractives surtout avec l’arrivée annoncée des investisseurs étrangers.

17,5 milliards de F Cfa ont été débloqué par la Banque islamique de développement (BID) afin de débarrasser notre pays de ses ordures. La révélation est du ministre des Collectivités locales, Me Oumar Youm, qui avance toutefois que ce montant est la première phase d’un programme de nettoyage qui requiert 170 milliards de nos francs pour une durée de vie de 7 ans.

Ce programme, de nettoyage sera accès sur la prise en compte de la valeur économique de la valorisation des déchets, la mise en place des procédures de concertation et de contractualisation avec les intervenants du secteur, la prise en compte des ordures ménagères mais aussi des autres déchets, l’ensemble des maillons de la filière, le renforcement des capacités de maîtrise d’ouvrage des collectivités locales et une participation accrue des populations dans l’effort de salubrité publique.

Pour le ministre des Collectivités locales, Me Oumar Youm, il s’agira d’accompagner les collectivités locales dans la gestion des ordures car, reste-t-il convaincu, ces entités ne disposent pas de ressources humaines, matérielles encore moins financières pour atteindre l’objectif assigné. Le ministre des Collectivités locales, prenait part à la réunion interministérielle consacrée aux déchets solides tenue à la Primature hier, mercredi 26 février 2014, sous l’égide du Premier ministre.

Ce renouveau annoncé, a jugé le Premier ministre, Aminata Touré, est primordiale dans l’amélioration du cadre de vie de nos villes surtout avec l’arrivée annoncée des investisseurs censés financer les projets du Plan Sénégal émergent (PSE). «Il faut rendre le pays attractif surtout avec les investisseurs qui ont manifesté leur confiance de manière très nette. Il faut que nous ayons un pays propre. On ne peut pas venir investir dans un pays sale», a-t-elle déclaré en guise de désapprobation des ordures visibles à l’entrée des villes sénégalaises. D’ailleurs, le Premier ministre n’exclue pas l’organisation de concours entre les quartiers pour qu’en fin tous les citoyens se sentent concernés par l’hygiène de leurs lieux d’habitation.

Fatou NDIAYE

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 163 fois
Projets et Programmes


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 6
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance