Recherche

GESTION DES FORAGES : A L’HEURE DU TRANSFERT DE L’EXPLOITATION ET DE LA MAINTENANCE



Le programme eau potable pour tous et appuis aux actions communautaires PEPTAC2, financé par la coopération japonaise (JICA) pour un coût d’un demi milliard, a permis de mettre en place 35 associations des usagers des forages (Asufor ) ayant mobilisé des épargnes de 1 à 4 millions. Pour l’adjoint au gouverneur, Amadou Bamba Koné, en six ans, le Peptac a apporté un plus dans l’alimentation en eau de la région de Tambacounda. Selon Fukai Yoshio, chef de projet à la Jica, l’installation des Asufor a été suivie d’une formation des jeunes artisans mécaniciens chargés des forages manuels de la région et des activités communautaires. M Yoshio a indiqué que les femmes représentent 30% dans les Asufor. Selon Fodé Kane, le chef de la subdivision régionale de l’hydraulique, la coopération japonaise est présente depuis 1979, avec les grands forages de Maleme Niani, Maka Coulibantang, etc. A présent, il s’agit de les doter de structures de gestion Asufor et d’améliorer les équipements pour investir sur le maraîchage, l’élevage, la protection des écosystèmes conformément à la politique de l’Etat pour la prise en charge de l’exploitation et de la maintenance par les populations. M Kane a dit que le projet sera transféré en 2010 de Tambacounda à Kolda et Ziguinchor. Selon Mass Niang, dans un premiers temps, il a été construit quelques 150 forages motorisés sur cinq sites pilotes.

Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1239 fois
Eau et Assainissement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance