Recherche

ENVIRONNEMENT Un officiel insiste sur ‘’la dimension nationale’’ du Plateau de Thiès



Thiès, 10 sept (APS) – Le chef de la division régionale du reboisement et de la conservation des sols de Thiès, le commandant Moustapha Ndiaye a insisté jeudi sur ‘’la dimension nationale’’ du Plateau de Thiès, soulignant que cet aspect n’est pas assez connu par les Sénégalais.

‘’Le Plateau a donc une dimension nationale qui n’est malheureusement pas assez connue des autorités nationales, de la presse et des autres acteurs’’, a expliqué le commandant Moustapha Ndiaye à l’occasion d’une journée de rencontre entre les acteurs de l’environnement sur l’élaboration d’un plan d’action pour sauvegarder le Plateau de Thiès.

‘’Les acteurs du plateau essaieront de porter la cause de cet écosystème au niveau des instances nationales notamment à la faveur de fora organisés à cette échelle territoriale’’, a fait savoir le commandant.

Le Plateau de Thiès est une zone de massifs, à cheval sur les régions de Thiès et de Dakar, jouant un rôle stratégique au plan hydrologique avec l’alimentation en eau des zones humides et des formations aquifères,

‘’Le Plateau joue aussi un rôle écologique dans plusieurs forêts classées abritant encore une flore et une faune importantes, dans un contexte de dégradation avancée de la plupart des écosystèmes’’, a dit le commandant Ndiaye.

La zone d’influence directe du Plateau, selon lui, couvre trois bassins versants ou environ 4000 km2, répartis entre une vingtaine de collectivités locales. ‘’A travers ses bassins versants, le Plateau a une importance notable pour ses zones périphériques’’, a fait Moustapha Ndiaye.

Il s’agit de la Grande côte, de la Petite côte, une partie du bassin arachidier et le Sine Saloum, mais aussi, pour tout le centre-ouest du Sénégal en général. ‘’Depuis environ quatre décennies, cet écosystème est soumis à une dégradation très avancée d’origine naturelle mais surtout anthropique’’, a-t-il regretté.

Il a relevé que les conséquences de tout cela se traduisent par une accélération de l’érosion, de l’ensevelissement et l’assèchement des zones humides et l’accroissement de la salinité des terres, le développement et l’aggravation des phénomènes d’inondation.

Il a également déploré une baisse de la production agricole et maraîchère, une baisse des revenus des familles, une montée de l’exode rural et le développement d’une urbanisation incontrôlée.

Partant de là, le forestier a estimé qu’il faut ‘’restaurer’’ et ‘’revaloriser’’ les écosystèmes du Plateau de Thiès, en intégrant à la fois les aspects biophysiques, économiques, politiques et socioculturels.

‘’Voilà l’ambition poursuivie par la plupart des acteurs du plateau’’, a fait valoir le chef de la division régionale du reboisement et de la conservation des sols.

‘’Le Plateau de Thiès constitue un enjeu majeur dans la gestion bio-morphologique du Bassin de Thiès’’, a encore dit le commandant non sans relever l’importance de cette rencontre.

Revenant sur la sauvegarde de cet écosystème, Moustapha Ndiaye a indiqué que le Plateau de Thiès regroupe l’essentiel des forêts classées de la région. ‘’S’il est bien sauvegardé, et que la végétation ligneuse est bien conservée, cela va diminuer le ruissellement des eaux dans les artères de la ville’’, a renseigné le forestier.

La sauvegarde de ce plateau, selon lui, passe par des actions comme la rétention des sols, avec la participation de tous les acteurs. ‘’Toutes les actions seront mises en synergie pour sauvegarder le restant de ce bassin’’, a assuré le commandant Moustapha Ndiaye.

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1444 fois
Développement durable


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 13
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance