Recherche

ENREGISTREMENT DES ENFANTS A LA NAISSANCE A RUFISQUE LES CHEFS DE QUARTIERS ENGAGES, SOUS LA TUTELLE DES OFFICIERS D’ETAT-CIVIL



Désormais, les chefs de quartiers du département de Rufisque sont investis du pouvoir d’enregistrement des enfants nés dans leurs quartiers respectifs. C’est la solution adoptée par le service du développement communautaire pour qu’il n’y ait «plus d’enfants non déclarés à la naissance».

Afin de mettre un terme à l’épineuse question des enfants non déclarés à la naissance, le service du développement communautaire de Rufisque vient d’outiller les chefs de quartiers à l’enregistrement de proximité des naissances. En effet, la déclaration des enfants à la naissance étant capitale pour leur avenir, le service de développement communautaire de Rufisque s’est décidé à mettre à contribution les responsables à la base dans le but de freiner le fléau.

Désormais, les naissances pourront être recensées à la base. Les chefs de quartiers des douze collectivités locales du département de Rufisque ont reçu des registres d’acte de naissance dans ce sens. Histoire de permettre l’inscription des enfants dans un registre qu’il devront ensuite faire parvenir à l’officier d’état-civil de leur localité pour apporter la caution administrative.

Une cérémonie qui s’est tenue au cercle Maurice. Une démarche saluée par l’autorité administrative, en l’occurrence Ndèye Madjiguène Diagne, le sous préfet de l’arrondissement de Rufisque-Est qui représentait le préfet du département de Rufisque. Elle a fait savoir que le programme va donner à tout citoyen, une chance d’avoir un acte et cela dès la naissance. «C’est pour l’enregistrement automatique des naissances au niveau des quartiers. Les délégués de quartier vont participer ainsi à l’enregistrement des naissances; ce qui a toujours eu des failles dans certaines localités du pays», indique-t-elle.

Pour assurer la fiabilité de ces enregistrements, Ndèye Madjiguène Diagne annonce des séminaires de formation pour expliquer, en détails, l’importance des registres que les chefs de quartier ont entre les mains. «Nous avons expliqué aux délégués de quartiers qu’ils ne peuvent pas se substituer aux officiers d’état-civil. Les registres leur sont remis, juste pour faciliter l’enregistrement des naissances au niveau des quartiers», précise-t-elle. Avant d’appeler les parents à veiller à l’enregistrement des enfants à la naissance.

Pour sa part, le chef du service du développement communautaire de Rufisque est d’avis que la formation des délégués de quartier est plus que nécessaire. Ce qui fait que, précise Khoudia Thioune Sarr, «nous allons nous rapprocher des délégués de quartier pour mieux les outiller et les renforcer par rapport à l’enregistrement au niveau des registres qu’ils viennent de recevoir». Elle rappelle d’ailleurs que des ateliers de formation initiale ont déjà été organisés.

«Nous avons eu à faire des faire des formations dans le cadre de l’installation des comités communaux de protection de l’enfant. Nous allons continuer et aller jusqu’au niveau des quartiers pour renforcer et tous les parents qui sont intéressés par la déclaration automatique des enfants. Nous allons continuer la formation et nous entamons un deuxième plan que nous allons démarrer certainement au mois de juin», souligne-t-elle.

Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 178 fois
Démographie-Population


Dans la même rubrique :
1 2
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance