Recherche

Commercialisation de l’arachide : L’Asepex veut accompagner les producteurs

Il existe des opportunités pour l’arachide sénégalaise. Dans un communiqué, l’Agence sénégalaise de promotion des exportations (Asepex) indique des marchés et entend fournir aux producteurs les informations économiques et commerciales sur les nouveaux débouchés et voir comment les accompagner.



L’Agence sénégalaise de promotion des exportations (Asepex) indique des marchés et entend se rapprocher davantage du monde rural pour fournir aux producteurs les informations économiques et commerciales sur les marchés de destination et voir comment les accompagner. « Dans son programme annuel, l’Asepex envisage également de se rapprocher des producteurs établis dans les régions de l’intérieur du pays pour sensibiliser et informer davantage sur l’exportation de l’arachide et des marchés de destination », indique le communiqué. Tout en rappelant que dans sa mission classique d’identification de marchés porteurs, de positionnement des produits « Origine Sénégal », de diffusion de l’information économique et commerciale, l’Asepex précise que « notre arachide est surtout compétitive pour les pays où aucun droit de douane n’est exigé (0 %) ». Un fait constatable dans un document fait par le Centre international du commerce (Cci) retraçant les importants en arachides et produits dérivés entre 2005 et 2008. Ainsi, pour ce qui est de la région Afrique, on constate que des pays comme le Mali et Maurice, les importations d’arachide en coque, même si elles oscillent, sont importantes comparées à celles de pays comme le Rwanda, l’Egypte et l’Afrique du Sud où les droits de douane varient respectivement entre 5 %, 10 % et 5 %. Pour ce qui est de la région Amérique, on constate qu’au Canada, au Costa Rica et au Mexique où les droits de douanes sont nuls, la demande en arachides en coque est très forte. En 2005 par exemple, le Mexique a importé 22.329 tonnes d’arachides en coque. En Europe, sur les quatorze pays concernés par l’étude, deux pays, la Suisse et l’Ukraine, exigent des droits de douanes. Toutefois, dans l’ensemble, la demande est nettement très importante dans cette région. L’Allemagne, par exemple, à une demande sans cesse croissante. Celle-ci est passée de 16.274 tonnes en 2005 à 23.713 tonnes en 2008. La même tendance haussière est observée en Asie. Sauf que dans ce continent, les droits de douanes sont pratiqués. De 39.839 tonnes en 2005, les importations des Philippines en arachide en coque étaient de 65.400 tonnes en 2008.

Aly DIOUF
Le Soleil

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1177 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance