Recherche

APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE A MATAM, TAMBACOUNDA ET KEDOUGOU. La trouvaille de la JICA

Avec plus de 94 milliards de F Cfa, la Jica (Agence internationale de coopération japonaise) a mis en place plus de 124 systèmes d’assainissement dans les régions de Matam, Tambacounda et Kédougou à travers des ateliers régionnaux. Un atelier National, tenu à Dakar hier, mercredi 2 février, a bouclé cette série d'ateliers régionaux de partage.



Un atelier de restitution s’est tenu hier, mercredi 02 février à Dakar. Ce séminaire avait pour but de partager les résultats des ateliers sur le secteur de l’hydraulique et de l’assainissement dans les régions de Matam, Tambacounda et Kédougou. A cette occasion, le directeur de l’Assainissement rural Adama Mbaye, a proposé une étude sur un plan directeur. Selon lui, le plan directeur est « un outil de planification qui part d’une situation de référence à une autre. Sur 100 personnes en milieu rural, il n'y a que 26% qui disposent de système amélioré ». La mise en place de ce plan directeur « contribue à éradiquer les maladies comme le choléra, planifier les ouvrages à réaliser et baliser le chemin avec l’ensemble des acteurs pour réaliser un système d’assainissement d’ici 2015 pour atteindre les 63% », renseigne Adama Mbaye.

Selon le directeur de l’Assainissement rural, « nous sommes réunis pour la restitution de l’étude du plan directeur d’hydraulique rurale et d’assainissement des régions de Tambacounda Kédougou Matam ». Cette étude découle d’un constat qui révèle que ces trois régions font partie de celles qui, aujourd’hui, ont un taux d’accès à l'eau potable très faible. Ainsi, avec la coopération Japonaise, « nous sommes parvenus à engager ces études pour les fins de planification en trois parties », martèle le directeur de l’Assainissement. D’abord, cette planification devra être présentée à l’ensemble des acteurs du secteur notamment les bailleurs de fonds techniques et financiers d’ici 2015. La seconde phase interviendra entre 2016 et 2021 et la troisième entre 2021 et 2027.

A la suite de cette séance de validation, « il y aura d’autres séances avec les bailleurs de fonds pour mettre en œuvre un plan d’action dans les régions concernées», informe le directeur de l’Hydraulique rurale, Diène Faye. Ainsi, à chaque fois qu'un étude est mise en place, « nous allons d’abord vers les populations pour connaitre leur besoins, avec un modèle mathématique », déclare le directeur de l’Hydraulique rurale. Ce modèle mathématique édité par la Jica permet « de connaitre ce que les nappes et les eaux de surfaces peuvent donner en termes de ressources en eau de qualité pendant les périodes définies entre 10 et 15 ans », renseigne Diène Faye.

C’est dans ce sillage que le représentant de la Jica Shinji Umemoto a plaider pour une eau potable accessible à tous avec une bonne gestion et le mise en place d’un système Hydraulique.

Cinq études en diaporama ont été présentées, parmi lesquelles, une étude sur l’évaluation des ressources en eau, une autre sur le plan de l’approvisionnement en eau et sur l’étude de la faisabilité des sites prioritaires.

Pour rappel, des ateliers ont été organisés dans les régions de Matam, Tambacounda et Kédougou en présence des autorités locales et administratives respectives, les Ong, projets et programmes intervenant dans la zone concernée pour un partage correct des résultats. Une étude a été réalisée par des cabinets spécialisés de la Jica en rapport avec les différentes agences d'exécution du secteur de l’Hydraulique et de l’Assainissement.


Aissatou DOUCOURE
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 1422 fois
Eau et Assainissement


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 8
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance