Recherche

AGRO-INDUSTRIE Ali Ngouille ému par les investissements



Le Ministre de l’Industrie et des Mines, Ali Ngouille Ndiaye a effectué hier, mercredi, une visite u niveau des installations agro- industrielles de la société Takamoul Food Sa. Au terme de déplacement, le ministre a promis le soutien de l’Etat pour accompagner cette société dans conquête du marché sou-régional.

C’est sur une note de satisfaction que le Ministre de l’Industrie et des Mines, Ali Ngouille Ndiaye a clôturé hier, mercredi, la visite qu’il a effectuée au niveau des installations agro-industrielles de la société Takamoul Food Sa. Une société spécialisée dans la production de double concentré de tomate et de ketchup dont la production est destiné au marché national.

Situées dans la Communauté Rurale de Notto, les installations agricoles en question qui s’étalent sur 130 hectares emblavées emploient en grande majorité des femmes, pour la plupart des journalières.En compagnie des responsables de Takamou Food sa, le ministre de l’Industrie et des Mines a fait le tour pour constater l’évolution des cultures et l’importance des investissements engagés par les promoteurs.

Sur le terrain, l’irrigation des plants au niveau de cette vaste surface consacrée exclusivement à la culture de la tomate fraiche destinée à alimenter l’usine de production située dans la zone franche sur la route de Rufisque, s’est réalisée grâce à la technologie du goutte-à-goutte alimenté par deux forages d’une capacité de 150m3 par heure pour l’un et 220 m3/heure.

L’objectif de cette technologie vise, selon Baïdy Bâ, coordonnateur du programme, à assurer à l’usine une alimentation en matières premières douze mois sur douze. «Nous utilisons une technologie de pointe et nous avons un rendement de 60 à 70 tonnes à l’hectare», a-t-il informé.

Plus de 1500 emplois créés
Cette exploitation agricole constitue également une véritable réserve de création d’emplois. Si l’on en croit le coordonnateur du programme, près 150 femmes de villages satellites sont employées chaque jour comme journalières de huit-heures du matin à treize heures de l’après-midi moyennant une rémunération de 1500 FCfa. Et en période de récolte, cet effectif passe de 150 à 1500 journalières dont le salaire est estimé à plus d’un million francs Cfa.

Toutefois, on n’entend pas le même son de cloche du côté des concernées. La plupart d’entre elles que nous avons abordées pour confronter cette version de Baïdy Bâ, dégagent tout simplement en touche et soutiennent ne percevoir que 1000 FCfa pour une journée de travail en lieu et place des 1500 francs annoncés par le coordonnateur du programme.

Ali Ngouille Ndiaye promet le soutien de l’Etat
Le ministre a clôturé sa visite au niveau de l’usine sise à la zone franche sur la route de Rufisque. Sur place, toujours en compagnie des responsables de la société, Ali Ngouille Ndiaye a exprimé un sentiment de satisfaction de «voir des sénégalais investir d’abord autant d’argent et s’engager de cette manière pour une production suffisante et une transformation intégrale pour couvrir le marché national et à faire l’export». A ce titre, il a promis le soutien de l’Etat aux responsables de cette société pour les accompagner dans la conquête des marchés de la sous-région.

Nando Cabral Gomis
Sud Quotidien

Accueil | Envoyer à un ami | Version imprimable | Augmenter la taille du texte | Diminuer la taille du texte
Lu 130 fois
Agriculture


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 17
Inscrivez-vous.entrez votre email pour garder le contact car nous avons besoin de vos avis et suggestions.merci d'avance